Si le croyant, tel bien homme, n’echappe gui?re au mal et au malheur, la priere donne la grace de vivre l’epreuve dans la confiance

Si le croyant, tel bien homme, n’echappe gui?re au mal et au malheur, la priere donne la grace de vivre l’epreuve dans la confiance

Prier eloigne-t-il le mal ?

Francisco Gonzalez Suivre Louis de Sancerre Basilique de Saint Denis. Seine-Saint Denis. France © Flickr CC

Prier preserve-t-il du malheur ? On aimerait repondre d’emblee oui ! Oui, la priere eloigne le malheur, elle pourra faire des miracles, il n’y a qu’a analyser des multiples ex-voto de des eglises. L’ensemble de remercient « Afin de une grace accordee » ou pour « une guerison obtenue » Preuve que toutes ces prieres ne semblent gui?re restees sans reponse et qu’elles en ont preserve de nombreux J’ai deception, de la tristesse et bien plus en general du malheur et de la mort…

D’ailleurs, en Ecritures, des prieres de supplication, celles qui demandent que le malheur s’eloigne et auxquelles il est repondu favorablement, sont nombreuses. La manne est donnee au desert, l’enfant qu’Elie presente au Seigneur, le suppliant que « l’ame de cet enfant revienne au-dedans de lui », revient a notre vie. Quant a Jesus, il guerit nombre de malades qui le supplient. Et il exhorte tres souvent a demander : « bien votre que vous demandez dans la priere, cela sera donne. »

Oui, prier eloigne le malheur.

Mes exemples des prieres exaucees seront si nombreux qu’il parait impossible de dire que la priere fervente, suppliante, la priere qui ne marchande jamais, n’eloigne pas du malheur.

Bon nombre de grandes figures spirituelles que nous connaissons ne se paraissent nullement privees de demander. Toutes ont fait l’experience de cette priere qui comble le besoin, guerit, remet en marche, ouvre de nouveaux horizons. Therese de Lisieux prie pour la conversion d’Henri Panzini, ainsi, l’obtient. S?ur Emmanuelle, ainsi, elle n’est jamais la seule, a souvent raconte que l’argent indispensable arrivait forcement a point nomme. Notre Seigneur poussant meme l’humour a donner la somme exacte important.

A leur tour d’ailleurs, ces belles figures de saintete intercedent pour ceux qui les supplient. Nos deux derniers canonises, Salomon Leclerc et Elisabeth d’la Trinite, ont gueri ceux qui se confiaient a eux, de maniere pleinement etonnante et definitive.

Mais nous connaissons l’ensemble de le mal et le malheur

Alors oui, prier eloigne des difficultes et du malheur. Neanmoins, nous en preserve- t-il ? Manque si entendu… Qui n’a nullement fait dans sa vie l’experience de la peine dont la priere ne preserve nullement ? Ces personnes citees plus haut ont certes experimente la force en priere, mais elles ont aussi connu dans leur vie, comme l’ensemble de, le en gali?re et le malheur : Therese et Elisabeth ont perdu de facon brutale leurs parents et paraissent mortes toutes deux dans de terribles souffrances. Salomon Leclerc a subi le martyre durant la Revolution francaise. Le en gali?re reste de tout moment, de l’integralite des epoques et nul ne peut s’en dire « preserve ». Prier pour la paix n’empeche jamais helas les massacres. Et prier pour la guerison d’un avis sur joingy enfant n’est pas forcement exauce.

Et quand Jesus donne la priere du Notre Pere a ses apotres, il evoque beaucoup votre en gali?re dont nous aimerions etre delivres, mais que nous savons bien inevitable. Jesus le sait. Ils font ete confronte jusque dans sa fond. Nous vivons dans un monde qui est fondamentalement marque par la presence des difficultes, ainsi, meme si nous avons l’esperance qu’un jour y en est gueri et que nous devons le reclamer, votre n’est jamais le cas aujourd’hui, et ne le sera sans doute pas demain. Vivre dans le monde, c’est etre confronte au mal et au malheur, dans toutes leurs dimensions. Notre pasteur Dietrich Bonhoeffer, martyr en resistance allemande, se disait persuade que bien et mal paraissent si intimement lies, que le mal a tant de « deguisements innombrables,honorables et seduisants » que meme « l’homme de devoir executera finalement les ordres du diable en personne ». Comment alors croire que la priere reste une formule magique qui nous en exempterait i  chaque fois ?

J’ai grace de Dieu dans les faiblesses

Dans la deuxieme epitre aux Corinthiens, l’apotre reste Paul confronte a des adversaires qui lui reprochent de n’etre pas assez spectaculaire dans sa predication, de ne pas faire suffisamment de miracles ainsi que guerisons. Et Jean un repond en temoignant d’une priere qui n’a gui?re ete exaucee. C’est le fameux recit de « l’echarde dans la chair » qui affligeait Jean, sans qu’il precise de quoi il s’agissait exactement.

Il a demande dans sa priere d’etre libere de votre echarde. Il n’a gui?re ete exauce, mais il devoile que dans ce non-exaucement, il a recu une parole lui disant « Ma grace vous suffira ». Et Paul conclut : « Je mettrai davantage ma fierte dans mes faiblesses, car c’est dans faire mes faiblesses que se manifeste la grace de Dieu ». Et si la priere ne nous preserve nullement des difficultes, peut-etre nous permet-elle de traverser l’epreuve de la peine autrement.

Rester dans la priere jusque au mal

Qu’est-ce que cela souhaite reconnai®tre ? D’abord que le mal y a et que la question essentielle n’est pas de savoir si la priere nous en preserve, mais De quelle fai§on nous le traversons sans qu’il nous detruise.

Ensuite que quand on est confronte au mal, prier n’est pas vain. Meme si l’on n’est jamais exauce, prier deplace les trucs, comme Paul en a fait l’experience. Par ma priere, meme si elle n’est nullement exaucee d’apri?s faire mes criteres, une parole, une presence, un regard different me sont donnes pour m’aider a traverser l’epreuve. Neanmoins, ceci n’est pas facile a comprendre et a accepter. « On n’est jamais decidement grand, tant que notre vie ne vous a gui?re foutu a l’epreuve de vous refuser carrement, sans recours, une chose a quoi on tient de bien son desir », ecrivait Emmanuel Mounier devant une petite fille mourante.

Leave a comment

Your email address will not be published.